«Danse et Nous», deux solos graphiques et un duo d’affrontement

Inscrit sous le numéro NF00340, le projet « Danse et Nous » porté par deux lycéennes de 1ère bac professionnel, Ilham Benananou et Kayliah Delage, du lycée Jean Monnet à Cognac (16), est constitué de deux solos et d’un duo d’affrontement.

Les deux solos imaginés étaient d’inspiration très différente, la 1ère chorégraphie étant issue de la danse moderne jazz et contemporaine et l’autre tahitienne, avec un objectif commun de raconter une histoire et transmettre des émotions.

Le 1er solo s’appuie sur la chanson Papa de Hamdax qui évoque la mort du papa du chanteur, en hommage à tous les jeunes qui ont perdu un père ou une mère et qui traversent des moments de douleur, de chagrin, de colère, de doute ou encore ressentent une solitude affective, causée par l’absence d’un être cher. Lors de la journée d’atelier au Carré-Colonnes à St Médard en Jalles, Alain Gonotey (le chorégraphe), a invité Ilham à décrire des tableaux lui rappelant des souvenirs familiaux en y insérant quelques modules en guise de repères, pour évoquer la thématique de l’obstacle par exemple et baliser son improvisation sans omettre d’exprimer sa relation à la danse et sa sensibilité, le langage corporel ayant une identité et une physicalité propre.

Quant à Kayliah, qui avait choisi le morceaux, Can’t help Falling in love en version tahitienne de Ken Carlter (en écho à la chanson popularisée par Elvis Presley), il lui a suggéré de ne pas se réfugier derrière la danse tahitienne, pour au contraire, se dévoiler, faire en sorte qu’un geste du quotidien devienne une danse, donne une indication sur le lieu et le décor (les pieds dans l’eau, je marche calmement et j’entends des voix dans un village), en pensant à changer de rythme et répéter certains mouvements tout en révélant l’émotion ressentie.

Dans le duo, la chanson choisie, Lovely de Billie Eillish et Khalid, parle du combat contre la dépression et pour l’illustrer, elles avaient construit un récit à l’aide de morceaux de dialogues et de ripostes, d’arrêts sur image, de tableaux graphiques et expressifs, avec changements d’humeurs ponctués de moments d’effondrement et de dévalorisation entre la pulsion de vie et de mort.

Ce projet danse était inscrit pour le Nouveau Festival sous le numéro NF00340

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :